updated 6:42 PM CET, Dec 5, 2016

GI Josette

Hommes et femmes, mêmes combats: c'est désormais chose faite aux Etats-Unis. Le chef du Pentagone Leon Panetta vient de lever l'interdiction pour les femmes de participer directement à la guerre et d'être en contact avec les armes. Depuis le second discours d'investiture de Barack Obama qui a fait de l'égalité à tous les niveaux son cheval de bataille, les espaces exclusivement réservés aux hommes ou à certaines catégories d'individus sont en train de disparaître petit à petit y compris dans l'armée: ainsi après l’abolition de la loi "Don't ask, don't tell" obligeant les militaires à taire leur homosexualité sous peine d’exclusion, les Etats-Unis vont reconnaître l'égalité entre hommes et femmes dans le métier des armes. Le président a estimé que cette mesure constituait  «un nouveau pas vers la réalisation des idéaux fondateurs d'équité et d'égalité de notre pays».

Pour le secrétaire d'Etat à la défense, il s'agit surtout d'entériner une situation de fait: depuis une dizaine d'années maintenant, les femmes combattent en Afghanistan et en Irak. Depuis 2001, elles ont été 280 000 à servir sur ces théâtres d'opérations. Sur les 6600 soldats tués, 152 sont des femmes. Elles représentent 14% des effectifs de l'armée américaine. Cette nouvelle mesure ouvrirait aux femmes l'accès à 230 000 postes de combat.

Certaines voix, notamment dans le camp conservateur, s'élèvent déjà pour critiquer cette politique. Le général à la retraite, Jerry Boykin actuel vice-président du Family Research Council, un groupe d'obédience chrétienne, s'oppose à ce qu'il nomme une "expérience sociale de plus" qui ne ferait que compliquer la mission du commandement militaire. Ce à quoi, le Pentagone a rétorqué que les exigences physiques ou professionnelles ne seraient pas modifiées ni réduites avec l'arrivée des femmes.

En Suisse, les femmes peuvent servir dans l’armée à titre volontaire, conformément à l’article 59 de la Constitution fédérale. Elles sont un millier à être incorporées et depuis 1985, elles ont les mêmes droits et devoirs que leurs homologues masculins à savoir elles peuvent détenir une arme et éventuellement s'en servir: le temps où elles montaient la garde uniquement équipé d'un couteau de poche était dès lors révolu. L'égalité c'est aussi cela...