updated 6:42 PM CET, Dec 5, 2016

Des féministes bloquent Londres

Samedi dernier à Londres, le quartier commerçant d’Oxford Street et de Regent Street a été bloqué par les féministes de Sisters Uncut qui ont profité de la Saint-Valentin, fête de l’amour marketing, pour rappeler que les violences domestiques tuent plusieurs femmes chaque semaine. 

Ce n’est pas un hasard si l’association Sisters Uncut a choisi Oxford et Picadilly Circus un jour de Saint-Valentin pour dénoncer encore et toujours les violences domestiques. Cœur de la société de consommation ou paradis du shopping, c’est selon, ces deux grands carrefours londoniens voient défiler chaque jour des centaines de milliers de personnes.  Bloquer ces axes revient plus ou moins à bloquer le centre de Londres. Le 14 février n’était pas non plus choisi par hasard : les féministes tenaient à rappeler en ce jour de célébration de l’amour pour tous, que des femmes meurent toujours sous les coups de leur compagnon. Elles voulaient rendre un hommage à ces victimes de la violence machiste qui tue deux femmes par semaine au Royaume-Uni.

La lecture des 118 noms de femmes mortes cette année était particulièrement émouvante. Militantes et passant-e-s semblaient uni-e-s dans ce moment de recueillement. L’idée pour les organisatrices est d’occuper l’espace public, en particulier la rue. Un peu à l’instar des suffragettes, elles prônent l’action directe et visible. Et suggèrent à leurs membres de se décrocher un peu d’Internet pour être sur le terrain. D’autant plus qu’avec les coupes budgétaires devenues la norme dans un pays dominé par l’ultra-libéralisme, les services sociaux dédiés aux femmes qui subissent des violences finissent par être inefficaces, voire par disparaître. Sisters Uncut a donc décidé de prendre les choses en main et de s’organiser pour pallier les déficiences des pouvoirs publics. L’association compte bien essaimer dans tout le Royaume-Uni.

Leur particularité est de proposer des réunions non-mixtes pour permettre aux femmes de s’exprimer librement et de se sentir à l’aise. L’association composée au départ de professionnelles du domaine social offre également une aide juridique gratuite, un accès à des logements sûrs, un service spécifique pour les personnes LGBT. Leurs actions dans la rue servent leur plan média en braquant les projecteurs sur ces problématiques : violence et manque de moyens. La Saint-Valentin, cette année, aura au moins servi à quelque chose.

Photo © Twitter Sisters Uncut