updated 9:44 AM CEST, May 9, 2017

Bientôt...

 lemiliedegourdie1

ENCORE UN PEU DE PATIENCE!

LES NEWS SONT EN ROUTE!

Youyou Tu enfin prix Nobel

Nobelisée cette année pour sa découverte en 1972 de l’artémisinine, la chercheuse chinoise Youyou Tu était pressentie depuis longtemps pour la récompense suprême. A 84 ans, il était temps. Certes, elle n’est pas la seule à avoir reçu le prix de l’académie suédoise, puisque l’Irlandais William Campbell et le Japonais Satoshi Omura ont eux-aussi été récompensés pour leurs travaux sur les maladies parasitaires.

Youyou Tu est seulement la douzième femme à se voir décerner le prix Nobel de médecine depuis sa création en 1901. Née en 1930 à Ningbo, ville portuaire de la province du Zhejiang, elle est la seule fille d’une fratrie de cinq. Admise à la faculté de médecine de Pékin en 1951, elle s’estime chanceuse d’avoir pu faire des études universitaires. Puis, elle suit une formation sur les théories de la médecine chinoise traditionnelle à l’intention des experts en médecine occidentale. C’est cette ouverture qui va lui permettre d’isoler le principe actif de l’artémisinine.

Alors que la guerre du Vietnam fait rage, les troupes Vietcong sont décimées par le paludisme plus que par les bombardements américains au point qu’Ho Chi Minh, le général nord-vietnamien, va demander à ses alliés chinois de leur donner un remède efficace contre la maladie. Mao Zedong lance alors le Projet 523 (en référence à la date de lancement le 23 mai 1967) et nomme à sa tête non pas un spécialiste de la malaria écarté par les purges de la Révolution culturelle mais une jeune chercheuse, Youyou Tu, dont le mari ingénieur venait lui aussi de subir les foudres des gardes rouges. Après avoir confié sa fille de 4 ans à une institution étatique, Youyou Tu est envoyée sur l’île de Hainan dans le sud de la Chine où le paludisme sévissait de manière endémique. Elle y travaille une dizaine d’années. A partir de 2'000 remèdes anciens qu’elle a rassemblés au fil du temps, et en s’appuyant sur un texte en particulier vieux de 1600 ans, elle a fabriqué avec son équipe environ 400 extraits de plantes. Dans l’un de ces extraits provenant de l’absinthe (Artemisia absinthium), elle découvre l’artémisinine, qu’elle a testé sur des souris et des singes, puis directement sur elle et son équipe. En 1977, elle publie ses résultats anonymement, la Révolution culturelle s’achève peu après la mort de Mao.

Pendant la guerre du Vietnam, les Etats-Unis, confrontés également à la maladie, avaient, de leur côté, confié les recherches sur le paludisme au Walter Reed Army Institute of Research qui avaient débouché sur la découverte de la mefloquine et la mise au point du Lariam aux effets secondaires catastrophiques (on se souvient encore des vétérans de retour au pays qui tuaient leur femme). En 1979, à Hong Kong, des chercheurs font une étude comparative des deux médicaments : les résultats sont clairement favorables à l’artémisinine. L’OMS s’en mêle et une guerre des brevets s’enclenche. En septembre 2011, le Prix Albert-Lasker pour la recherche médicale clinique est remis à Youyou Tu qui est enfin reconnue comme celle qui a découvert l’artémisinine. Les chercheurs entrés dans la bataille depuis 1979 contestent. Mais à 81 ans, Youyou Tu n’a pas l’intention de se faire voler son prix et ne lâche pas le morceau. Elle explique qu’elle fut «la première à isoler la molécule alors que les autres équipes travaillaient sur les mauvaises plantes». Lors de la cérémonie de remise du prix, elle a par ailleurs expliqué que sa plus grande récompense était la guérison de ses patients.

Le prix Nobel vient sur le tard mais cette reconnaissance ultime, la vieille dame ne la boude pas. Si elle avoue aujourd’hui ne se consacrer qu’à temps partiel à ses travaux, elle garde une passion intacte pour la recherche.

Photo DR