updated 6:42 PM CET, Dec 5, 2016

ailleurs

Action sanglante sur l'assangblée

A Paris, ce matin, des activistes féministes ont recouvert l'Assemblée Nationale et ses alentours de tampons et de serviettes hygiéniques usagés «pour protester contre la désinvolture avec laquelle les député-e-s ont discuté l'amendement de la taxe tampon et dénoncer la honte et le tabou qui pèsent sur les règles, alors qu'elles concernent le quotidien de la moitié de la population» selon leurs termes.

Le bruit d’une action imminente courait depuis quelques jours sur les réseaux sociaux, chacun-e y allant de son idée de choc destinée à secouer le cocotier misogyne de la représentation nationale. Celle de déverser des tampons et des protections hygiéniques au milieu du Sénat ou de l’Assemblée revenait avec insistance. Elles l’ont fait ce matin à 9 heures jusqu’à l’intervention des forces de police.

En France, mais également dans d’autres pays d’Europe, tampons et serviettes hygiéniques ne sont pas considérés comme des produits de première nécessité et sont taxés à 20% et les féministes demandent que leur soit appliqué le taux de 5,5% comme pour l'eau, les denrées alimentaires ou les préservatifs, voire mieux, celui de 2,1% comme c'est le cas pour les médicaments remboursables par la sécurité sociale. L’argument est imparable : une femme ne choisit pas d'avoir ses règles. Le collectif Georgette Sand a lancé une pétition en ligne sur change.org pour faire bouger les choses. Au Royaume-Uni, cette taxe avait déjà fait couler beaucoup d’encre et une enquête a montré que les femmes payées au SMIC consacrent au cours de leur vie l'équivalent de 38 jours de travail à temps plein à l'achat de tampons et serviettes…

Le rejet de l’amendement, porté par la députée socialiste Catherine Coupelle, qui  aurait permis l’abaissement du taux de TVA, a été justifié par le secrétaire d'Etat au budget Christian Eckert par une pirouette qui en a fait bondir plus d’une : selon lui, les protections hygiéniques seraient aux femmes ce que la mousse à raser est aux hommes. On comprend que le sang des féministes n’ait fait qu’un tour et les ait poussées à se ruer à l’Assemblée Nationale de bon matin.

Sur leur tract qui accompagne les protections sanguinolentes, on peut lire : «En ne reconnaissant pas les protections hygiéniques comme des produits de première nécessité, nos député-e-s méprisent nos quotidiens, et nous obligent, une fois de plus, à faire comme si nos règles n’existaient pas. La misogynie a de beaux jours devant elle! L'universel masculin aussi». Et d’haranguer : "ACTION SANGLANTE SUR L’ASSANGBLÉE ! NI HONTE NI PATRIARCAT!". Pour signer : "Les vulves enragées".

Sur Twitter, certaines s’en réjouissaient, d’autres se demandaient qui allaient nettoyer ? Des femmes sûrement.


Photo, capture d'écran Facebook de la page Garçes, collectif féministe

A la racine des extensions


Après les fringues à bas prix qui s’entassent dans nos armoires, confectionnées par des armées de travailleuses exploitées et sous-payées, voici les extensions de cheveux, prisées par des stars comme Céline Dion ou Beyoncé, en passe de devenir la nouvelle tendance de masse. Pour répondre à cette demande, la production de cheveux naturels suit un circuit où s’enchevêtrent mafias, entreprises sans éthique et camps de travail forcé. Les femmes en Asie du Sud-Est ou en Europe de l’Est qui vendent leurs cheveux le font, elles, pour survivre.

Chaque année, les collecteurs de l’entreprise leader du secteur, Rebecca Hair Product, étendent un peu plus leur champ d’exploration : du Vietnam, ils passent aux pays d’Afrique et d’Amérique latine avec la conviction que là où règne la pauvreté et où l’économie vacille, les femmes vont vendre leurs cheveux avant de vendre leur corps. Les quelque 2000 tonnes qu’ils achètent tous les ans ne suffisent jamais à combler les attentes des femmes occidentales qui suivent la mode, d’où la nécessité de trouver de nouvelles sources d’approvisionnement. Que ce soit sur les réseaux sociaux ou à l’aide de flyers collés un peu partout sur les murs, au Brésil ou en Ukraine, les femmes qui peinent à joindre les deux bouts les repèrent et finissent par appeler le collecteur pour sacrifier quarante voire cinquante centimètres de leur chevelure. En Ukraine ou en Moldavie, pour trente centimètres, elles pourront tirer environ l’équivalent de quarante francs suisses. Un prélèvement de cinquante centimètres peut leur rapporter jusqu’à 150 francs. Sachant que le salaire moyen des femmes dans ces régions d’Europe de l’Est ne dépasse pas les deux cents francs, vendre ses mèches apparaît comme un moindre mal, une solution somme toute acceptable.  D’autant que les cheveux blonds sont très recherchés, c’est pourquoi les entreprises locales comme Raw Virgin Hair basée à Kiev veillent particulièrement sur leur fond de commerce, au besoin en usant de la méthode forte. Leurs collecteurs, cibles des mafias au point que certains y perdent la vie, doivent être désormais protégés. Ce business lucratif et florissant attire en effet bien des convoitises puisque chaque mèche est revendue dix à vingt fois plus cher que le prix d’achat. Avec la guerre, les Ukrainiennes sont les premières impactées par les difficultés économiques. De la vente de leurs précieuses mèches, elles n’en retirent toutefois que de maigres bénéfices. Souvent arnaquées par des collecteurs peu scrupuleux qui n’hésitent pas à baisser le prix d’achat au maximum au motif que leurs cheveux seraient de piètre qualité voire à refuser de les payer après les leur avoir coupés.

En Chine, l’histoire est tout autre. Le pays qui a doublé l’Inde, jusque-là premier producteur mondial, effectuerait la collecte auprès des camps de rééducation. Une accusation que rejettent les entreprises de Xuchang, la capitale mondiale du cheveu. En 2004 pourtant, le rapport d’une ONG dénonçait les pratiques d’un camp situé à Xuchang et dont les détenues, pour la plupart membres du mouvement Falungong, auraient été rasées de manière régulière pour approvisionner les entreprises du coin.

En Inde, les femmes, elles, sont volontaires pour offrir leurs cheveux comme offrande aux divinités… que les prêtres se chargent de revendre. Ce qu’on appelle les temple hair ont connu un véritable engouement avant l’arrivée des sociétés chinoises sur le marché, beaucoup mieux organisées et plus efficaces que l’artisanat des hindous. Mais dans un cas comme dans l’autre, les femmes déjà pauvres sont les grandes perdantes d’un marché de dupes. L’exploitation de leur corps n’a aucune limite. Certaines sont même agressées pour leur chevelure, des gangs s’en prenant aux tresses des jeunes femmes.

La mode a un coût social genré et comme souvent ce sont les femmes les plus pauvres qui en paient le prix fort.

Photo, publicité d'extensions sur le site d'une entreprise chinoise.

Youyou Tu enfin prix Nobel

Nobelisée cette année pour sa découverte en 1972 de l’artémisinine, la chercheuse chinoise Youyou Tu était pressentie depuis longtemps pour la récompense suprême. A 84 ans, il était temps. Certes, elle n’est pas la seule à avoir reçu le prix de l’académie suédoise, puisque l’Irlandais William Campbell et le Japonais Satoshi Omura ont eux-aussi été récompensés pour leurs travaux sur les maladies parasitaires.

Youyou Tu est seulement la douzième femme à se voir décerner le prix Nobel de médecine depuis sa création en 1901. Née en 1930 à Ningbo, ville portuaire de la province du Zhejiang, elle est la seule fille d’une fratrie de cinq. Admise à la faculté de médecine de Pékin en 1951, elle s’estime chanceuse d’avoir pu faire des études universitaires. Puis, elle suit une formation sur les théories de la médecine chinoise traditionnelle à l’intention des experts en médecine occidentale. C’est cette ouverture qui va lui permettre d’isoler le principe actif de l’artémisinine.

Alors que la guerre du Vietnam fait rage, les troupes Vietcong sont décimées par le paludisme plus que par les bombardements américains au point qu’Ho Chi Minh, le général nord-vietnamien, va demander à ses alliés chinois de leur donner un remède efficace contre la maladie. Mao Zedong lance alors le Projet 523 (en référence à la date de lancement le 23 mai 1967) et nomme à sa tête non pas un spécialiste de la malaria écarté par les purges de la Révolution culturelle mais une jeune chercheuse, Youyou Tu, dont le mari ingénieur venait lui aussi de subir les foudres des gardes rouges. Après avoir confié sa fille de 4 ans à une institution étatique, Youyou Tu est envoyée sur l’île de Hainan dans le sud de la Chine où le paludisme sévissait de manière endémique. Elle y travaille une dizaine d’années. A partir de 2'000 remèdes anciens qu’elle a rassemblés au fil du temps, et en s’appuyant sur un texte en particulier vieux de 1600 ans, elle a fabriqué avec son équipe environ 400 extraits de plantes. Dans l’un de ces extraits provenant de l’absinthe (Artemisia absinthium), elle découvre l’artémisinine, qu’elle a testé sur des souris et des singes, puis directement sur elle et son équipe. En 1977, elle publie ses résultats anonymement, la Révolution culturelle s’achève peu après la mort de Mao.

Pendant la guerre du Vietnam, les Etats-Unis, confrontés également à la maladie, avaient, de leur côté, confié les recherches sur le paludisme au Walter Reed Army Institute of Research qui avaient débouché sur la découverte de la mefloquine et la mise au point du Lariam aux effets secondaires catastrophiques (on se souvient encore des vétérans de retour au pays qui tuaient leur femme). En 1979, à Hong Kong, des chercheurs font une étude comparative des deux médicaments : les résultats sont clairement favorables à l’artémisinine. L’OMS s’en mêle et une guerre des brevets s’enclenche. En septembre 2011, le Prix Albert-Lasker pour la recherche médicale clinique est remis à Youyou Tu qui est enfin reconnue comme celle qui a découvert l’artémisinine. Les chercheurs entrés dans la bataille depuis 1979 contestent. Mais à 81 ans, Youyou Tu n’a pas l’intention de se faire voler son prix et ne lâche pas le morceau. Elle explique qu’elle fut «la première à isoler la molécule alors que les autres équipes travaillaient sur les mauvaises plantes». Lors de la cérémonie de remise du prix, elle a par ailleurs expliqué que sa plus grande récompense était la guérison de ses patients.

Le prix Nobel vient sur le tard mais cette reconnaissance ultime, la vieille dame ne la boude pas. Si elle avoue aujourd’hui ne se consacrer qu’à temps partiel à ses travaux, elle garde une passion intacte pour la recherche.

Photo DR

 

Plus d'articles...

  1. Les sages-femmes et l'IVG médicamenteuse
  2. L'hommage à Lelaah Alcorn détourné
  3. Les femmes prennent la route !
  4. En Inde, des tutos beauté face à l'acide
  5. Mx, le neutre entre dans le dictionnaire
  6. La rue est à nous!
  7. Les excuses du bon Dr Dre
  8. Macho man, l'ADN républicain
  9. Un hors-série qui compte
  10. Guillaume Tell sifflé à Londres
  11. Un gag, selon Rémi Gaillard
  12. Deux indignées aux commandes
  13. Le vagin de la reine
  14. Le viol, crime d'Etat
  15. USA: 40% des jeunes SDF sont LGBT
  16. Bikinis contre sexisme
  17. Harcèlement, le rapport qui fait mal
  18. Féministes contre punks antifas de Viol
  19. Lueur d'espoir au Forum social mondial
  20. Bras de fer entre Preciado et le Macba
  21. Not there invisibilise les femmes
  22. Ne dites pas "lesbienne"
  23. Un discours féministe aux Oscars
  24. Abolir l'impôt sur les tampons
  25. Des féministes bloquent Londres
  26. Uber et la sécurité des passagères
  27. Le Sun arrête les gros seins
  28. Une fresque au CHU fait polémique
  29. Prêtres pédophiles, la faute aux féministes
  30. Interdit de conduire en Russie
  31. Leçon dégalité à Junior Masterchef
  32. USA: Violences sexuelles sur les campus
  33. La vie de palace
  34. A Madrid, le porno sauve le théâtre
  35. Pas de maquillage au volant
  36. Le zoo humain d'Exhibit B
  37. La logique capitaliste des stérilisations
  38. L'Allemagne redéfinit la notion de viol
  39. D'ex-otages de Boko Haram témoignent
  40. Gay donc pas sexiste...
  41. Apple/Facebook: Congelez vos ovocytes
  42. Paris: opération propreté
  43. En prison pour un match de volley
  44. Jeunes filles kurdes en uniforme
  45. Suède: l'échec des féministes
  46. Trierweiler, on a encore rien vu
  47. La ségrégation légalisée en Espagne
  48. Une femme décroche la médaille Fields
  49. Elle s'appelait Andrea
  50. Les ABCD de l'égalité, c'est fini
  51. Gender shoot voit grand
  52. Les toilettes des femmes
  53. Une carte fidélité PMA avec la SNCF?
  54. Vendues pour 12 dollars
  55. Game of thrones: le viol qui fait scandale
  56. Abortiontravel, avortement inclus
  57. ADN. Et les droits des hommes?
  58. Les Afghanes face à leur destin
  59. Ces femmes qui "méritent" d'être violées
  60. Preciado, Almodovar et Colom
  61. Ecolos sexistes?
  62. Ceci est le corps d'une femme
  63. Mon corps® est propriété privée
  64. Obésité, la faute aux féministes
  65. Antoinette Fouque, décès et controverse
  66. Tomboy contre Civitas
  67. France: la fin de l'ABCD de l'égalité?
  68. Avortement: le train de la liberté
  69. L'exemple allemand
  70. Espagne: le calvaire pour avorter
  71. Cinéma, un label non-sexiste
  72. La lapidation rétablie en Afghanistan?
  73. Le rebranding du féminisme
  74. France: le manifeste des 343 salauds
  75. Au nom de l'amour
  76. Jihad sexuel en Syrie
  77. Oseille et préjugés
  78. Masanjia, camp de travail pour femmes
  79. Abercrombie n'aime pas les femmes
  80. Bonnes soeurs féministes radicales
  81. Pip show marseillais
  82. 20ème: Tenon bon
  83. Viols en Inde, jusqu'à quand?
  84. Sauvons les potiches italiennes!
  85. « Je veux juste être Pinar Selek »
  86. "Le conte de fée d'une mocheté"
  87. GI Josette
  88. "La palme de la misogynie beauf"
  89. Inde: le procès de la honte
  90. Despentes, raide pour Jospin
  91. Etudiantes à Tunis
  92. Cachez ce sexe...
  93. Justice!
  94. Soulagement en Tunisie
  95. Des attaques loin d’être virtuelles
  96. Femmes parias au Tchad
  97. Quelle parité?
  98. Nouvelle révolte saoudienne
  99. Etats-Unis: la guerre anti-femmes a lieu
  100. A l’origine de la lutte, deux femmes
  101. Le manifeste avant le second tour
  102. A New York, unies pour leurs droits
  103. La nudité contre le voile?
  104. Décès d'Adrienne Rich
  105. Preciado et Sepulveda à Genève
  106. Ministre de la femme et porno
  107. Crise humanitaire en Grèce
  108. The Untitled Feminist Show à New York
  109. France: le Pacte pour l'Egalité
  110. Israël: flash mob anti-ultras
  111. Elle se vend par "amour"
  112. A quoi ressemble une féministe ?
  113. Dépénalisation de la violence conjugale
  114. Lybiennes: du code vert à la charia
  115. L'art d'accoucher
  116. Droit de vote aux Saoudiennes … en 2015
  117. Je devais aider
  118. Ça devait être comme ça, le Vietnam
  119. Ma main est tombée sur une jambe
  120. Ces héroïnes oubliées
  121. Conductrices à contre-sens?
  122. Un DSK isolé?
  123. DSK: le fantasme de la soubrette
  124. A quand le botox pour fillettes ?
  125. Femme, brésilienne et chanteuse
  126. Nichi, l'anti-Berlusconi
  127. Sumangalis et fashionistas