updated 6:42 PM CET, Dec 5, 2016

Plages: cachez ces seins...

Le sujet titille. Pour preuve, le magazine féminin Elle vient d'y consacrer une enquête et s'interroge : est-ce la fin du topless ? Du coup, toute la presse européenne en fait une question existentielle : assiste-t-on à un retour de la morale, à la fin des féministes, au triomphe des tartuffes ? Dans une société hypersexualisée, le corps des femmes fait encore et toujours débat.

Tandis que les Allemands pratiquaient le naturisme depuis des lustres, les premières Françaises à enlever le haut ont attendu les années 60. Après mai 68 et la "libération sexuelle", l'Europe entière a bronzé torse nu, signe que l'égalité des corps était en marche. Au départ, le signal est effectivement donné par les féministes qui, non contentes d'avoir brûlé leur soutien-gorge à la ville, assument leur revendication de femmes libérées en adoptant le monokini à la plage. Une révolution à l'époque. Sauf que de nos jours, les corps dénudés s'étalent à longueur d'écrans, de pages et d'affiches ringardisant le symbole féministe : les seins nus ne choquent plus.

Si, selon le magazine Elle, 35% des Françaises jugent désormais impensable de pratiquer le topless à la plage, plusieurs raisons sont invoquées. Les jeunes générations adeptes des réseaux sociaux ne veulent pas finir en pâture les seins à l'air sur Facebook ou Instagram ni subir un harcèlement de plage comme celui qu'elles connaissent d'ordinaire dans la rue. Question de génération donc? Il semblerait en effet que les femmes au-dessus de 50 ans se sentent libres de s'exposer ou non. L'aspect des méfaits du soleil et le risque de cancer n'est quant à lui pas vraiment abordé dans l'article alors que certaines femmes l'évoquent volontiers pour justifier le fait de se couvrir la poitrine.

Pourtant dès que les Françaises franchissent la frontière espagnole, leur pudeur s'envole. De même lorsqu'elles passent leurs vacances en Croatie. Dans ces pays, elles font comme tout le monde ou tout du moins, elles font comme bon leur semble. Et en Suisse ? Sur les bords des lacs, un costume de bain complet est de rigueur, à de rares exceptions près. Le Vengeron, l'Arve, Epesses, Chabrey, la Grande Cariçaie ou dans le canton de Berne la Schwarzwasser et la Singine accueillent naturistes et femmes libérées. Pas toujours faciles d'accès, cachés du grand public, ces lieux restent des havres de paix et d'harmonie.

Les Femen qui recourent aux seins nus pour attirer l'attention des médias sur leurs combats ou le mouvement "Free the Nipple" qui encourage les femmes à se promener la poitrine à l'air pour en finir avec la stigmatisation du corps féminin relancent la symbolique féministe de la première heure. Pourtant quel que soit le pays d'Europe, force est de constater qu'on croise peu de femmes topless dans les rues, voire pas du tout. La norme imposée par les industries de la mode et de la pornographie dicte sa loi aux jeunes femmes : celles dont les seins ne correspondent pas aux standards exigés peuvent se rhabiller et complexer à loisir. Et l'histoire se répète...

Photo DR