updated 6:42 PM CET, Dec 5, 2016

Skatepark 100% filles

Une des initiatives marquantes de ce 8 mars s'adresse aux filles, notamment à celles qui pratiquent des sports urbains d'ordinaire territoire masculin. Le skatepark de Plainpalais leur sera pour l'occasion exclusivement réservé. l'émilE est allé à la rencontre de ces pionnières du skate/roller et BMX: elles s'appellent Charline, Maéva et Amandine et nous livrent leur regard sur leur sport.

l’émiliE : Depuis quand pratiquez-vous ce sport?
Charline: Je fais du Roller street depuis 2007, soit 7 ans. Mais j'ai toujours aimé avoir les patins aux pieds, depuis le plus jeune âge. 
Maéva : Je fais du skateboard depuis le collège, mais je m'y suis lancée sérieusement il y a environ 4 ans.
Vanessa : Je fais du skate depuis environ 7 ans.




Pourquoi avoir choisi ce sport en particulier?
Charline : J'ai tout de suite apprécié le Roller street, car il procure beaucoup de sensations. Il faut parfois avoir du courage face à de gros modules, comme le lanceur du FISE Montpellier l'année dernière. La première fois que j'utilise un module qui m'impressionne, le ressenti est énorme, l'adrénaline est au maximum. En plus de ça, c'est une passion plus qu'un sport, donc dès qu'on se retrouve tous ensemble sur les contests ou pour des sessions, c'est la bonne ambiance assurée.
Maéva : J'ai choisi le skateboard car j'aime les sports de glisse et de sensations. Mon équilibre sur la planche m'a permis de vite apprendre les bases et de pouvoir m'amuser avec mes amis, c'est ce qui m'a encouragée à continuer pour essayer de toujours aller plus loin.
Vanessa : Ce qui me plaît beaucoup dans ce sport c'est l'équilibre, la persévérance, la technique qu'il requiert. La sensation quand je roule et la satisfaction ressentie quand je progresse sont sans égal. C'est aussi un sport très libre et indépendant : j'y vais quand, où et le temps que je désire! C'est un milieu très hétérogène (catégories d'âge, professions, provenances, etc…). Le skate est aussi pratique, en ce sens qu'il est facilement transportable, ce qui permet de découvrir de nouveaux "spots" et de faire de nouvelles rencontres.


Selon vous, est-ce un sport mixte?
Charline : Il y a évidemment plus de gars que de filles qui pratiquent le Roller, le skate ou bmx. Mais les filles font de plus en plus leur apparition, et qui sait, peut être qu'un jour on sera aussi nombreuses que les gars !
Maéva : Pour moi, le sport n'est pas une question de sexe, tout le monde peut faire le sport qui l'intéresse. C'est vrai qu'il y a une dominance masculine, mais les filles commencent à s'imposer.
Vanessa : Dans ce sport, rien ne définit qu'il ne peut être uniquement masculin ou non. Il demande de l'adresse et de la force physique comme de nombreux sports tels que le tennis ou le snowboard. Pour moi, le skate est parfaitement mixte.


Les espaces type skatepark sont plutôt monopolisés par les gars. Qu'en pensez-vous? Comment faites-vous votre place?
Charline : La première fois que des filles viennent rouler et veulent s'essayer au SkatePark, ça peut les effrayer car les gars ne sont pas toujours tendres. Mais une fois qu'ils voient qu'on s'accroche, qu'on revient et qu'on a vraiment envie de pratiquer, ils nous font une place. Puis il ne faut pas hésiter à leur parler pour demander des conseils, l'intégration est plus facile comme ça!
Maéva : C'est vrai qu'on est une minorité sur les skateparks, mais il suffit de s'imposer car on est tous là pour la même chose, rouler et s'amuser.
Vanessa : Les filles sont de plus en plus nombreuses à commencer le skate, mais il est vrai que les skateparks sont encore très majoritairement occupés par les gars. L'arrivée d'une fille au skatepark n'est pas ignorée et la plupart des gars attendent de voir si c'est une "poseuse" ou une vraie skateuse. Les "poseuses" sont ces filles qui portent un skate comme un accessoire de mode et s'assoient sur un bord en espérant attirer l'attention d'un skateur.
Pour ma part, je ne me gêne plus à créer ma place et je me lance ! De façon générale, je dois dire que les skateurs sont plutôt encourageants avec moi.

Pourquoi participez-vous à l'action du 8 mars? 

Charline : Déjà pour faire connaître mon sport qui n'est pas médiatique et peu connu du grand public. Ensuite, le but est de donner envie à de nouvelles filles de pratiquer ce sport, et de motiver au maximum celles qui commencent !

Maéva : J'ai choisi de participer à cet événement car ça permet de montrer que nous sommes présentes sur les skateparks et qu'on est aussi capable de rouler.

Vanessa : J'ai tout de suite été très motivée à participer à cet événement du 8 mars au skatepark. J'y ai notamment créé le flyer. Pour moi, c'est l'occasion de montrer aux gens qu'il existe une scène féminine de skate en Suisse et de mettre en avant la mixité dans ce sport. J'espère qu'on éveillera l'intérêt général et plus particulièrement celui des filles!




Comment va se dérouler la journée au skatepark?
Charline : On va commencer par une demo dans le Park vers les 12h. Puis il y a un temps où toutes les filles qui veulent rouler le bowl peuvent. Il y a d'autres démos dans l'après-midi. Autour du Park, il y a un endroit avec des graffeuses et également une DJette.
Voilà en gros le déroulement du 8 mars.
Maéva : Et cette journée va être réservée uniquement aux filles avec des démonstrations de skate/roller/bmx sur le skatepark, des initiations, de la bonne musique de la part des Djettes, de la danse et du rap. La journée va donc être réellement dédiée aux femmes.
Vanessa : Nous serons plus d'une vingtaine de rideuses, mais encore beaucoup filles se motivent à nous rejoindre depuis toute la France et la Suisse.


Que représente pour vous la journée du 8 mars?
Charline : Cette journée est une excellente action pour faire connaître notre sport aux filles et au public en général !
Maéva : Pour moi, la journée des femmes permet de revendiquer notre égalité et montrer que nous sommes présentes. Que ce soit dans les sports de glisse, le travail ou autre.
Vanessa : Le 8 mars est la journée internationale des femmes, journée qui rappelle le combat quotidien des femmes pour leur droit à l'égalité dans tous les domaines (politique, sportif, professionnel, éducatif, etc…)


Photo Amandine Condoyer