updated 6:42 PM CET, Dec 5, 2016

Violence domestique en Suisse

Hier, l’Office fédéral de la statistique (OFS) a publié son rapport sur la violence domestique au niveau national. Le document qui recense les statistiques et les enquêtes menées au cours des dernières années livre un état des lieux brut de la situation des violences en Suisse. Sans surprise, les femmes sont majoritairement victimes (76%) et les hommes auteurs (80%).

En 2014, la police a recensé 15 650 infractions attribuées à la violence domestique. Ce chiffre est resté stable sur la période 2009-2014. Dans 47,9 % des cas, il y avait une relation de couple entre la personne victime et la personne suspectée ; dans 26,7 %, il s’agissait d’un ancien partenariat. Dans le domaine des délits sexuels en relation avec la violence domestique, il existe un grand nombre de violences sexuelles avec des enfants (300), de viols (180) et d’abus sexuels (200). Les actes de violence sexuelle grave ont atteint leur plus haut niveau depuis 2009: elles ont augmenté de 11%.

En 2014, 23 personnes sont mortes en raison de violence domestique, dont environ trois quarts sont des femmes adultes, soit le même nombre qu’en 2013. Les homicides ont été commis dans 83% des cas par des hommes. Dans l’enquête «Homicide dans le couple de 2008», il apparaît que les femmes de nationalité étrangère sont plus souvent victimes de violence extrême. Le taux est ici cinq fois plus élevé que celui des Suissesses. De manière générale, les femmes sont le plus exposées entre 25 et 29 ans. Quant à la violence domestique exercée par les parents, elle est le plus souvent dirigée contre les filles mineures.

A noter que les infractions sont la plupart du temps commises en fin de semaine. L'OFS constate une hausse continue du nombre de cas à partir des premières heures de la matinée, avec un pic entre 19h00 et 20h00. Les infractions sont les plus fréquentes le dimanche soir.

Le rapport compile également les statistiques des cantons de Genève, Zurich et Bâle-Ville.

Photo © Rapport OFS, juin 2015