updated 6:42 PM CET, Dec 5, 2016

2e pilier: 22% des rentes aux femmes

Chaque année, les institutions de prévoyance versent plus de 50 milliards de francs au titre des rentes de vieillesse. Selon une étude de la Banque Migros, les disparités entre les sommes allouées aux hommes et aux femmes seraient considérables, notamment au niveau du deuxième pilier. En cause, le travail à temps partiel et l’inégalité salariale.

En matière de prévoyance professionnelle, la répartition des rentes s’opère à 78% en faveur des hommes et à 22% en faveur des femmes. Ce sont quelque 20 milliards qui sont ainsi versés essentiellement aux hommes. Cette disparité s’explique par le fait que la prévoyance professionnelle dépend de l’importance des versements effectués, l’employeur en prenant au minimum la moitié à sa charge. La faiblesse des montants versés aux femmes reflètent un taux d’activité et un salaire moyen plus bas. Si l’étude souligne que le fossé se comble petit à petit, il faut noter que c’est à un rythme particulièrement lent : en dix ans, la part des rentes versées aux femmes n'a augmenté que de 4%.

Toujours selon la Banque Migros, il s’agit également de prendre en compte des facteurs particuliers tels que les retraits de coordination en cas de travail à temps partiel ou les conséquences d'un divorce. La répartition inégale des rentes des caisses de pension (LPP) est toutefois compensée par l'AVS, les femmes touchant 58% des 32 milliards de francs versés chaque année pour les retraites. Motif principal : leur espérance de vie est supérieure aux hommes de trois ans en moyenne. En raison du système de répartition de l’AVS, les femmes profitent de surcroît des contributions salariales plus élevées des hommes.
A noter que chaque année, le montant versé par l’AVS et la prévoyance professionnelle augmente de 1,5 milliard.

Photo © DR