updated 6:42 PM CET, Dec 5, 2016

Rubriques

Germaine Duparc : une Genevoise aux passions discrètes

 

L’auteure

Christiane Perregaux, Genevoise d’adoption, a travaillé de nombreuses années dans le domaine de la petite enfance. Elle s’est aussi beaucoup investie dans les milieux de l’intégration. Elle a eu la chance de côtoyer de près Germaine Duparc, d’abord comme étudiante puis comme amie proche ; cette dernière lui a confié ses archives et c’est ainsi que cet ouvrage a pu être réalisé.

L’ouvrage

C’est à l’association Mémoire de femmes qu’on doit la publication de ce magnifique livre, édité avec un soin particulier aux éditions Suzanne Hurter. La riche iconographie (photographies, dessins d’enfants, reproductions de tableaux) permet aux lectrices et lecteurs un retour délicieux dans un passé proche.

La vie de Germaine Duparc

Née le 11 mai 1916, elle a accompli la traversée du siècle et s’est éteinte en 2008. Enfant unique, très proche de ses parents, elle se forme à l’Université en suivant des cours d’anthropologie, se passionne pour la préhistoire. Mais son destin de chercheuse bascule en 1942 : les directrices de la Maison des Petits – l’école enfantine pilote de l’Institut Jean-Jacques Rousseau – lui demandent de reprendre le flambeau de cette école, dont elle a été l’élève. Elle accepte et s’investira dans la mission d’accueillir les étudiant-e-s du monde entier qui s’intéressent aux idées nouvelles dans l’éducation des petits. Elle en sera la meilleure ambassadrice.

Ses passions discrètes

Germaine Duparc a gardé toute sa vie une passion pour les découvertes préhistoriques, en passant des étés avec des amis dans le Périgord. Elle a d’ailleurs réalisé une étude avant-gardiste en comparant des dessins d’enfants et des œuvres de préhistoriens.

Elle adorait aussi dessiner et chanter. Bien des Genevois ont appris à chanter en ouvrant le recueil Chante, mon petit ! qu’elle a réalisé à partir des mélodies fredonnées par ses petits élèves. Sous ses apparences fragiles, c’était une femme déterminée, qui a dû lutter pour s’imposer. Une belle destinée à découvrir.

Christiane Perregaux, Germaine Duparc : une Genevoise aux passions discrètes

ESH, 2012

 

 

  • Affichages : 8687