updated 6:42 PM CET, Dec 5, 2016

NQF: Produire des enfants

  • Published in Livres

NQF vol. 30

La production d’enfants : une injonction ambivalente

Plutôt que d'ambivalence, on peut parler de méfiance chez les féministes radicales face à la question des enfants: d'abord parce qu'en faire constitue l’obstacle principal à l’égalité entre les sexes, ensuite parce que la maternité a été historiquement construite comme étant incompatible avec la participation à la sphère publique, renvoyant ainsi les femmes à leurs fourneaux. En outre, d'un point de vue  essentialiste,  la maternité est bien la preuve d’une différence biologique entre les femmes et les hommes  et justifie ainsi leur condition spécifique complémentaire dans l’ordre hétérosexuel et symbolique.
Ce numéro de Nouvelles Questions Féministes s'intéresse au prix à payer pour les femmes, qu'elles aient ou non des enfants. C'est donc une analyse économique qui est ici menée et non pas une analyse de la maternité comme on l'entend d'ordinaire. Cette perspective permet de mettre en lumière la pression et le contrôle exercés par la société sur des femmes qui au final culpabilisent ou sont discriminées qu'elles travaillent ou qu'elles restent à la maison. Les injonctions contradictoires sont explorées dans tous les cas de figure et dans tous les coins du monde: produire des enfants engendre en effet des inégalités qui ne se limitent ni à la sphère privée ni au territoire national.
Il est intéressant de constater un début de remise en question de la maternité comme raison d'être et épanouissement ultime pour les femmes mais aussi comme charge qui incombe forcément aux plus faibles.


Nouvelles Questions Féministes Vol. 30, No1

La production d'enfants
Coordonné par Anne-Françoise Praz, Marianne Modak et Françoise Messant
Editions Antipodes 2011, 144 pages,  ISBN 978-2-88901-052-3