updated 6:42 PM CET, Dec 5, 2016

Hypatie : l’étoile d’Alexandrie

  • Published in Livres

 

 

 

 

Que sait-on vraiment de la vie et de l’œuvre d’Hypatia, cette figure mythique née à Alexandrie au 4e siècle après J.-C. ? Peu de choses en vérité. Pour compléter les traces ténues laissées par cette philosophe et mathématicienne sans nul doute très douée, Olivier Gaudefroy s’est intéressé de près aux œuvres et essais des savants de l’époque, contemporains et collaborateurs d’Hypatie.

On saisit donc fort bien, dans cet opuscule intéressant et précis, la mentalité des intellectuels de l’époque et on comprend l’originalité de cette femme exceptionnelle et dérangeante pour les édiles de la cité. Fille unique d’un savant mathématicien, elle assuma très jeune la charge de cours publics d’algèbre, d’astronomie et de philosophie. Elle ne s’intéressait qu’à la science, refusant la condition habituelle des femmes de l’époque : le mariage et la tutelle du mari. Elle n’adhéra pas à la religion chrétienne, voulant absolument garder son indépendance de libre-penseuse philosophe.

Sa mort atroce (elle fut littéralement mise en pièces par une milice à la solde du patriarche chrétien Cyrille) confirme d’ailleurs bien à quel point il était difficile de se faire une place en tant que femme indépendante et savante.

Hypatie vient du mot grec hupatos, qui signifie «le plus haut». Nom prédestiné, qu’elle paya fort cher.

 

 

 

Olivier Gaudefroy

Hypatie : l’étoile d’Alexandrie

Ed. Arléa (coll. Post Scriptum), 2012

136 pages