updated 9:44 AM CEST, May 9, 2017

Femmes et défis pour la formation des adultes. Un regard critique non-conformiste

  • Published in Livres

Femmes et défis pour la formation des adultes. Un regard critique non-conformiste d’Edmée Ollagnier va sans doute devenir la référence dans le monde de l’éducation des adultes. Ouvrage complet, il rassemble théories, pratiques, exemples, dispositifs, il ouvre en outre des perspectives en proposant des pistes novatrices. La longue expérience de l’auteure tant en Europe que dans le reste du monde, tant en milieu universitaire que sur le terrain donne à son travail une dimension particulièrement variée et riche. Vous allez me dire «encore un bouquin académique auquel on ne comprend rien» eh bien pas du tout et comme le dit Nicole Mosconi qui signe la préface, ce livre se lit comme un roman.

Pourtant le sujet est tout sauf sexy : la situation des femmes en formation d’adultes, pas de quoi faire rêver. Edmée Ollagnier, chercheuse et militante, nous emmène malgré nous dans les dédales de mécanismes de pouvoir insoupçonnés entre les groupes de sexe en les démontant un à un, en ouvrant des portes sur la complexité de notre monde, en éclairant les fonctionnements de la famille, du couple, de la société, de l’économie, de la politique qui ont une action directe sur les femmes, sur toutes les femmes. Elle nous emmène en voyage sur tous les continents pour nous faire partager ses observations, ses analyses, ses expériences, et là tout s’explique : les rapports entre pays riches, pays pauvres, la mondialisation, les injustices, les inégalités ici et ailleurs, tout ce qui fait que ce monde ne tourne pas forcément rond. C’est en chaussant ses «lunettes du genre» qu’elle nous permet de mieux comprendre ce qui se passe au fond.

Parce qu’en écrivant ce livre, Edmée Ollagnier avait une idée derrière la tête : transmettre le réflexe genre à ses lecteurs-trices comme aux publics auquels elle est confrontée dans les formations d’adultes. Pour elle, nous ne sommes pas neutres mais empreint-e-s de notre construction sociale genrée. Et les formateurs-trices ont tendance à l’oublier, reproduisant ainsi discriminations et inégalités. Elle vise à les faire sortir de cette pseudo-neutralité qui visibilise avant tout le masculin. Alors faut-il former au genre ou genrer la formation ? pour reprendre une de ses questions de 2006. La posture féministe tend vers la deuxième option précisément parce que chacun-e porte son bagage plus ou moins sexué. Il s’agit de permettre aux acteurs-trices de la formation de sortir enfin de leurs schémas de pensée traditionnels stéréotypés qui pénalisent systématiquement les femmes.

Edmée Ollagnier recense des outils comme Redémarrer en France ou Equal-Salary en Suisse (qu’elle a contribué à mettre sur pied) qui donnent aux publics concernés de nouvelles perspectives personnelles et professionnelles. De l’alphabétisation à la formation continue en passant par l’insertion professionnelle, les multiples dispositifs sont ici décortiqués : à chaque fois, l’expérience et l’expertise de l’auteure permettent de dégager les points positifs, les points négatifs et les pistes pour améliorer l’ensemble. Véritable base pour les politiques comme pour les formateurs-trices et source d’information passionnante pour les autres, l’ouvrage tient ses promesses en offrant un large éventail de propositions pédagogiques pertinentes et inédites. Indispensable.

Femmes et défis pour la formation des adultes. Un regard critique non-conformiste, Edmée Ollagnier, L'Harmattan 2014, 258 pages.