updated 6:42 PM CET, Dec 5, 2016

Coquelicot et autres mots que j’aime

  • Published in Livres

Anne Sylvestre, chanteuse et poète, qui assista notre regrettée Barbara et porta la chanson française à ses sommets, nous a offert ce livre de poésie, où les mots sont tour à tour dépecés pour nous présenter un plat finement cuisiné, au parfum de l’excellence culturelle.

A une époque où les mots font surtout du bruit, elle remet les pendules à l’heure tout en offrant le libre cours d’une imagination qui fait appel à la nôtre. Une sorte d’atelier d’écriture, une invitation à dépasser le premier degré du sens pour rejoindre la respiration de l’enfance. Facile à lire, à prendre à n’importe quel chapitre de ses 81 mots préférés, comme un immense bouquet qui pourrait faire le tour de la terre.

Anne Sylvestre, née à Lyon en 1934, s’est produite la première fois à Bobino, en 1962, en première partie de Jean-Claude Pascal. Depuis, elle a fait un parcours sans faute de qualité, d’expression au service du féminisme et de l’humanisme, sans jamais céder à l’angélisme ou aux sectarismes de circonstance. On a peine à imaginer que Coquelicot… soit son premier livre vu l’importance de son répertoire. C’est pourtant vrai, et on en redemande.

Elle commence par Coquelicot «mot claquant, insolent, cueille-moi si tu l’oses, je me fanerai aussitôt mais regarde...». Il permet à la culture de ne jamais s’enfermer dans le sillon des certitudes. Elle finit par le mot «mot». Son dernier mot ? Mon œil !